EdTech : les technologies de l’éducation

Définition

FrenchTech, BioTech, NanoTech, CleanTech, HealthTech : chacun y va de son vocable. Les technologies de l’éducation n’échappent pas à la règle : EdTech désigne l’ensemble des nouvelles technologies permettant de faciliter l’enseignement et l’apprentissage.

Taille et chiffres clé du marché

La taille du marché mondial de la EdTech (technologies de l’éducation) était évaluée à 76,4 milliards USD en 2019 et devrait grandir à un taux de croissance annuel composé (TCAC) de 18,1 % de 2020 à 2027, selon un rapport de Grand View Research, une société d’études de marché et de conseil dont le siège est à San Francisco.

En France, on parle de 650 millions d’euros de chiffre d’affaires, 7 000 emplois, des entreprises récentes (mais pas que), qui s’avèrent pour bonne partie avoir les reins solides : voilà ce que révèlent les chiffres dévoilés par une enquête de l’association EdTech France et EY Parthenon. Elle confirme la place, de plus en plus importante, que prend la filière EdTech des technologies de l’éducation sur le marché français. 

250 sociétés sur un total d’environ 430 pouvant se réclamer de cette filière ont complété cette enquête EY-Parthenon menée avec EdTech France. Les résultats datent du 17 juillet 2020, et datent donc un peu… 

L’enseignement supérieur n’est pas le seul marché des EdTechs (46 % sont en partie sur ce segment et seulement 8 % s’y dédient exclusivement) :

  • la formation professionnelle vient en premier (63 % sont en partie sur ce segment)
  • puis l’enseignement scolaire, bien que minoritaire, qui concerne également une part non-négligeable des sociétés (39 %).
  • Il ressort également qu’une majorité d’entreprises se positionnent sur au moins deux segments.

Une filière EdTech fragmentée

Les edtechs ont un marché majoritairement B2B (Business to business : entre entreprise). Les universités n’arrivent qu’en cinquième position parmi les cibles : leurs premiers clients sont les entreprises, organismes de formation et écoles. Un modèle d’affaires qui repose très majoritairement sur l’abonnement, la concession de licence ou la vente de prestations. La monétisation des données personnelles, elle, ne représente que 2 % des répondants.
Mais surtout, pour les auteurs de l’étude, la filière est « fragmentée » : elle se compose majoritairement de petites structures avec moins de dix employés (à 65 %) et un chiffre d’affaires inférieur à 500 000 euros. Elle comporte aussi à l’opposée des sociétés affichant un CA jusqu’à 50 millions d’euros. On note aussi 20 % des Edtechs encore « en démarrage » (avec un CA de 20 000€).

Les technologies mobilisées

Les EdTechs proposent en moyenne trois produits ou services numériques :

  • 50 % mettent à disposition des ressources, supports et contenus pédagogiques en ligne ;
  • 36 % vendent des dispositifs dédiés à la formation professionnelle et technique : c’est le cas d’Ecole Futée
  • 22 % font du conseil en ingénierie pédagogique.

Les acteurs de la EdTech et les technologies de l’éducation

Parmi les grands métiers des acteurs EdTech en France, on y retrouve essentiellement les suivants :

  • Les médias spécialisés sur l’apprentissage comme studyrama et educpro.fr,
  • Ceux qui travaillent sur des supports pédagogiques comme LeLivreScolaire ou CyberLibris,
  • Les acteurs qui développent des outils B2B professionnels comme Ubicast et InTeach,
  • Les éditeurs qui développent des outils de gestion d’établissement (notes, facturation, vie scolaire…)
  • Les plateformes de jobbing étudiant faciles d’utilisation comme StaffMe,
  • Les développeurs d’applications web et/ou mobiles pédagogiques comme EduPad et Memrise,
  • Les marketplaces de professeurs particuliers comme Digicours,
  • Les formateurs spécialisés dont Membus et Ornicar,
  • Les start-ups de la Fintech étudiante comme Studylink,
  • Ceux qui permettent d’apprendre des langues étrangères comme Tolktoo ou Speaken,
  • Ceux qui participent à améliorer l’orientation scolaire, comme Diplomeo,
  • Les plateformes de cours en ligne et de MOOCs comme Edumedia ou OpenClassrooms.

Enfin, 20 « poids lourds » dominent la filière : ils gagnent plus de 5 millions de CA (notamment 360 Learning, Index-Education, Klaxoon et Open classroom). Les « champions », qui forment le top 5, cumulent à eux seuls 35 % du CA total.

Vous souhaitez une démonstration ?

Débuter la mise en place d'Ecole Futée !
Démarrer avec École Futée

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

huit − 7 =